UA-196029664-1
 

Renfort

20200718_191644.jpg
20200718_195406.jpg

Les reprises en sous-œuvre répondent à des problématiques très différentes.

L’exemple le plus courant consiste en l’implantation d’un ouvrage contre un bâtiment mitoyen, lorsque le niveau d’assise de la future construction est inférieur à celui de l’existant. Dans ce cas, le phénomène de poussées latérales.

Des ­reprises en sous-œuvre sont aussi ­couramment menées dans le ­cadre,

de ­restructurations lourdes.

Lors de la rénovation de logements, il est souvent souhaité ouvrir un mur porteur ou, coupé une dalle béton, cette dernière pouvant être devenue porteuse avec le temps.

Une étude de la reprise en sous-œuvre à réaliser permet alors de déterminer les renforts, à mettre en place (poutre / piédroits / assemblages métalliques ou carbone).

L’entreprise de construction peut alors effectuer des travaux en conformité avec

les normes de calculs et les dispositions constructives actuelles.

Dans le cadre d’un logement en copropriété, il est nécessaire de faire valider cette modification sur des éléments porteurs lors d’une assemblée générale.

Pour cela une note de calcul décrivant l’étude de la structure et des renforts,

est généralement demandée par la copropriété.

Nos missions de reprises en sous-œuvre comprennent une analyse de l’existant,

les notes de calcul et les plans nécessaires à l’AG de copropriété et à l’entreprise travaux. 

Pourquoi les reprise en sous oeuvre ?